Je me souviendrai longtemps du voyage pour rejoindre l’île la plus occidentale de l’archipel du Cap-Vert, Santo Antão. Depuis la France, il faut obligatoirement transiter par Lisbonne (une bonne occasion d’y faire un stop de 2-3 jours avant ou après votre séjour au Cap-Vert). Après une nuit dans la capitale du Portugal, nous avons donc embarqué sur un vol de la TAP – la compagnie aérienne portugaise –, direction São Vicente, où se situe l’aéroport (il n’y a pas d’aéroport sur l’île de Santo Antão).

statue plongeur Ponta do Sol Santo Antao

Insolite, la statue d’un plongeur trône sur un rocher à Ponta Do Sol, la commune la plus au nord de l’île de Santo Antao.

Un voyage mouvementé

Lorsque l’avion a commencé à descendre, nous avons été ébahis, avec tous les autres passagers, par l’annonce du commandant de bord, nous indiquant qu’en raison d’une tempête de sable dans le Sahara, la piste de São Vicente était impraticable, et que nous allions donc atterrir sur… l’île de Santiago, à 250 km plus au sud ! Sur le tarmac, nous avons eu le choix entre deux solutions : débarquer et nous débrouiller, ou rester dans l’avion pour redécoller… retour Lisbonne !!! C’est cette deuxième option que nous avons retenue (en relation directe avec notre correspondante chez Ultramarina qui avait organisé le voyage et qui a été très réactive pour gérer les conséquences de cet « incident » à distance), résultat nous avons passé une journée complète dans l’avion…

Vue de Lisbonne depuis avion

Arrivée sur Lisbonne en avion.

aéroport Cesária-Évora São Vicente

L’aéroport international de Cesária-Évora sur l’île de São Vicente, passage obligatoire pour rejoindre Santo Antão.

De Lisbonne à Santo Antão

Nous en avons profité pour découvrir Lisbonne (aux frais de la TAP !), c’est une ville magnifique qui se découvre facilement à pied et bien entendu en tramway.

Deux jours après la date prévue, notre second vol a enfin pu atterrir à São Vicente sous un beau soleil. Depuis l’aéroport international de Cesária-Évora, un taxi nous a emmenés au port de Mindelo où nous avons embarqué sur le ferry reliant l’île de Santo Antão (la traversée dure environ une heure). Le centre de plongée nous attendait pour un dernier transfert jusqu’à l’hôtel Santantao Art Resort (l’embarcadère est situé à 2 km de l’hôtel, faisable à pied mais pas avec nos bagages de plongeurs).

Ile de Santo Antao

Découverte de l’île de Santo Antão lors de la traversée. On arrive du côté aride de l’île, qui offre un visage beaucoup plus verdoyant sur son flan ouest.

port de Porto Novo Santo Antao

Le ferry dans le port de Porto Novo, où l’on peut notamment faire une plongée de nuit assez surprenante.

L’hôtel Santantao Art Resort à Porto Novo

C’est l’unique hôtel de Porto Novo, seule ville sur la côte sud-est de l’île. Pour dormir il y a également des maisons d’hôtes mais pour plonger le Santantao Art Resort est l’adresse la plus pratique car le centre de plongée, anciennement Blue Eden mais qui s’appelle désormais le Green turtle Diving Center, est situé directement dans l’enceinte de l’hôtel.

L’hôtel compte 70 chambres. Si vous y séjournez, demandez une chambre côté piscine et jardin, car même si l’hôtel est situé au calme un peu en dehors de la ville, les soirs de match de foot les chambres côté « ville » profitent de l’ambiance survoltée régnant dans le stade qui n’est pas très loin.

Le restaurant de l’hôtel est très bien, mais quand même plus cher (et avec un service très lent) que les petits restaus alentours facilement accessibles à pied (et pour seulement 5 à 10 € le repas par personne). Je vous recommande notamment le Sabores Ratatui. Si vous avez un véhicule (voir avec le centre de plongée pour y aller à plusieurs), testez le restaurant Babilonia perdu au milieu de nulle part mais qui offre une cuisine locale délicieuse à base de produits bio cultivés sur place dans un cadre verdoyant.

Hotel Santantao Art Resort Porto Novo

L’hôtel Santantao Art Resort est situé sur la côte est de l’île, un peu en dehors de Porto Novo. Il dispose d’un beau jardin et certaines chambres profitent d’une vue sur la mer.

Le centre de plongée Green turtle

Super accueil de la petite équipe du centre de plongée. C’est aujourd’hui Ricardo qui a repris la gestion du centre, il est présent à Santo Antão depuis plusieurs années et connaît parfaitement tous les sites de plongée. Le centre offre tous les services nécessaires pour une destination « isolée » : location de matériel, formations, transferts jusqu’au port pour embarquer sur l’un des semi-rigides du club, matériel rincé et rangé par l’équipe après chaque sortie… Les plongées se font en petits groupes, la plupart du temps nous avons fait deux plongées successives par sortie (ce qui permet d’avoir ensuite la demi-journée restante pour visiter, se reposer ou classer ses photos), sauf pour les sites les plus au nord pour lesquels on part pour la journée avec un repas inclus. Il est également possible de faire des plongées de nuit sur demande, notamment directement dans le port de Porto Novo, je vous en reparle après…

Centre de plongée Santo Antao

Le centre de plongée Green Turtle est installé dans l’enceinte du Santantao Art Resort.

Santo Antao depuis le bateau de plongée

Vue sur l’île depuis le bateau de plongée.

Tortue Santo Antao

Les tortues sont présentes à chaque plongée.

Les plongées à Santo Antão

Cela fait des années que des clubs de plongée sont installés sur les îles de Sal ou de São Vicente, mais Santo Antão reste encore une destination confidentielle au Cap-Vert. Il faut dire que n’ayant pas d’aéroport, elle reste préservée du tourisme de masse. L’île, qui mesure à peine 43 km sur sa plus grande longueur et 24 km sur sa plus grande largeur, est surtout réputée pour ses randonnées (les paysages sont à couper le souffle et rappellent le centre de l’île de la Réunion). Il suffit de connaître son origine volcanique et de voir sa position sur une carte pour se dire qu’elle doit offrir de belles immersions. Santo Antão est en effet l’île de l’archipel la plus à l’ouest au large de l’Afrique. Au carrefour des principaux courants océaniques atlantiques, elle constitue un point de rencontre pour de nombreuses espèces originaires de la côte africaine, de l’Amérique et de la Méditerranée. Certains vont même jusqu’à l’appeler la petite Galápagos de l’Atlantique !

murène sur récif Santo Antao

Une murène sur fond de corail tubastré doré.

récif coloré Santo Antao

Les récifs sont tous habillés de coraux multicolores.

Une biodiversité et un relief impressionnants

Il faut dire que le spectacle est permanent, avec des grands bancs de poissons présents à chaque plongée : chirurgiens chas-chas (Acanthurus monroviae), mombins (Myripristis jacobus), poissons-trompettes de différentes couleurs (Aulostomus strigosus) ou encore grondeurs bouche d’or (Parapristipoma humile), l’une des nombreuses espèces endémiques de l’archipel. Dans les anfractuosités les murènes cohabitent avec les langoustes. Nous avons croisé également de belles raies pastenagues ainsi que des requins-nourrices se reposant sous les surplombs rocheux ou au fond d’une grotte.

poissons chirurgiens chas-chas Santo Antao

Banc de poissons chirurgiens chas-chas.

poisson soldat Santo Antao

Groupe de mombins ou poissons-soldats.

Poissons trompettes plongée Santo Antao

Rassemblement de poissons trompettes.

grondeurs bouche d'or Santo Antao

Banc de grondeurs bouche d’or parfaitement assortis aux coraux jaunes qui habillent le surplomb rocheux.

poissons récif Santo Antao

La vie est partout sur les récifs de l’île.

murènes Santo Antao

Les murènes sont omniprésentes dans les fonds volcaniques de Santo Antão.

murène à pois Santo Antao

Murène à pois.

raie pastenague Santo Antao

Une raie pastenague au repos.

langoustes Santo Antao

Les anfractuosités sont souvent habitées par de nombreuses langoustes.

requin nourrice grotte Santo Antao

Requin nourrice.

Anguille de sable Santo Antao

Anguille de sable.

Toutes ces espèces évoluent au cœur d’un relief sous-marin façonné par des milliers d’années de volcanisme : tombants, grottes, arches, failles et éboulis rocheux sont autant de terrains de jeux destinés à tous les niveaux de plongeurs, depuis les débutants (un tiers des sites ne dépassent pas 15 mètres) jusqu’aux plongeurs confirmés. Le tout sur fond de corail tubastré doré (Tubastrea aurea) ou de roches tapissées d’anémones de Macaronésie, autant vous dire que nos appareils photo n’ont pas chômé (j’ai eu beaucoup de mal à sélectionner les images accompagnant cet article).

Polypes corail orange Santo Antao

Polypes de corail orange.

portrait plongée Santo Antao grotte

Au fond de la caverne Atlantis, jeux de lumière dans les différentes ouvertures.

Grotte Atlantis Palace Santo Antao

Surprenante gorgone dans la grotte Atlantis.

fonds multicolores plongée Santo Antao

Les tortues omniprésentes

Ce n’est pas pour rien si le centre de plongée a décidé de s’appeler Green Turtle Diving Center. L’archipel est en effet fréquenté par cinq espèces de tortues (olivâtre, luth, imbriquée, verte et caouanne) et il est le troisième pays au monde qui accueille le plus de tortues caouanne (Caretta caretta) pour la nidification. Rares sont les plongées où l’on ne croise pas au moins une tortue.

Tortue Caretta caretta plongée Santo Antao

Une superbe tortue caouanne.

Les plongées de Santo Antão à ne pas manquer

Wish you were here : un des spots de plongée les plus emblématiques de Santo Antão. Par 20 mètres de profondeur, le récif posé sur un fond de sable blanc présente quasiment toute la vie marine du Cap-Vert, avec des raies pastenagues, des langoustes, des tortues… Bonus quand il y a du courant, les grands bancs de poissons qui habillent littéralement les rochers.

banc poissons Santo Antao

Les grondeurs bouche d’or, endémique du Cap-Vert.

Tortue nageant Santo Antao

Nudibranche Santo Antao Cap Vert

Hypselodoris picta verdensis, un nudibranche endémique du Cap-Vert.

– Atlantis Palace : superbe caverne à la pointe nord-est de l’île. Il faut faire attention à son palmage car on est sur un fond de sable. Le plafond de la caverne est couvert de polypes de corail jaune, et de grands bancs de poissons naviguent entre l’entrée principale de la grotte (à 20 mètres de profondeur) et les ouvertures situées dans le fond. Nous y avons croisé des raies et des requins-nourrices.

Atlantis Palace plongée Santo Antao

Le site d’Atlantis Palace est emblématique des fonds volcanique de Santo Antão.

requin nourrice grotte Atlantis Palace Santo Antao

Un requin nourrice au repos dans Atlantis Palace.

Site plongée Atlantis Palace Santo Antao

La caverne d’Atlantis Palace s’enfonce profondément dans le récif et offre de belles perspectives sur ses différentes ouvertures.

– Hanging Garden : on se laisse glisser le long d’un tombant jusqu’à une trentaine de mètres, avant de remonter doucement en admirant le splendide jardin de gorgones et de corail noir (qui apparaît blanc – cf photo) qui habille le tombant. Gardez un œil sur le bleu, on ne sait jamais…

Poisson trompette sur récif Santo Antao

Un poisson trompette évoluant au milieu du corail noir du site Hanging Garden.

– Plongée de nuit dans le port – Find Wally : l’une des plus surprenantes plongées de nuit que j’ai pu faire. J’avoue avoir été assez sceptique lorsque António et Ricardo nous ont proposé cette muck-dive dans 8 à 10 mètres d’eau, là où en journée défilent des dizaines de ferrys et autres bateaux de pêche… Mais bien nous a pris de leur faire confiance ! Entre les sacs en plastique et autres déchets, nous avons pu observer de grandes pagures, des soles, des homards rouges des Antilles, des murènes, des pieuvres, des perroquets endormis, un grondin volant (Dactylopterus volitans) ainsi qu’une immense raie pastenague qui s’est enfui dans un nuage de poussière lors de notre arrivée. Mais l’espère la plus fréquente sur ce site est le poisson-crapaud du Sénégal (Fowlerichthys senegalensis). Cet as du camouflage (il change de couleur selon son environnement) s’observe aussi régulièrement lors des plongées de jour.

poisson crapaud plongée de nuit Santo Antao

En plongée de nuit on finit par ne plus compter les poissons-crapauds.

poisson crapaud plongée de nuit port Santo Antao

Poisson crapaud du Sénégal.

poisson crapaud et son leurre Santo Antao

Ce poisson crapaud déploie son leurre pour attirer ses proies.

grand pagure plongée de nuit Santo Antao

Grand pagure pendant la plongée de nuit dans le port de Porto Novo.

Grondin volant Santo Antao

Le grondin volant déploie ses nageoires pectorales en éventail, qui sont bordées d’un bleu intense.

murène plongée de nuit Santo Antao

Murène en pleine eau en plongée de nuit.

sole ocellée plongée de nuit Santo Antao

Sole ocellée en plongée de nuit.

Poulpe plongée de nuit Santo Antao

Poulpe.

Conseils pour préparer votre voyage à Santo Antão

=> Meilleure période pour s’y rendre : de mars à novembre. Nous y étions en novembre, et l’eau était à 25-26°C.

=> Décalage horaire : – 3 heures en été, – 2 heures en hiver.

=> Budget : Ultramarina propose des séjours de 7 nuits sur place à partir de 1400 € comprenant les vols Paris – Sao Vicente A/R (avec la compagnie Tap Portugal), les transferts, l’hébergement en chambre double au Santantao Art Resort (en formule petit déjeuner) et un forfait de 10 plongées.

=> Pour découvrir l’île : deux solutions. Soit prendre un guide avec qui vous organiserez un circuit (l’avantage c’est que vous pourrez échanger avec un habitant qui connaît parfaitement son pays), soit louer un véhicule pour vous balader en toute autonomie. Office de tourisme du Cap-Vert.

=> Pour les photographes : prévoir un grand angle pour les plongées sur tombants et dans la grotte d’Atlantis Palace, un zoom polyvalent pour les portraits de poissons (requins-nourrices, tortues) et un objectif macro pour les nudibranches.

Récif Santo Antao

Ambiance typique d’une plongée à Santo Antão.

poissons trompettes Santo Antao

Poissons trompettes.

Gris, orange, jaune… les différentes livrées des poissons trompettes.