32 vues

Menace sur les requins

Je vous avais déjà fait part de mon coup de gueule concernant cette horrible pratique du « finning » (en anglais, « fin » veut dire « aileron ») qui consiste à pêcher un requin, à lui retirer les ailerons (pour la fameuse soupe réclamée par de nombreux asiatiques) et à le rejeter à la mer, le vouant à une mort certaine. Le numéro d’avril du National Geographic (édition française), un spécial « océans », n’a fait que renforcer ma détermination à boycotter, sous quelque forme que ce soit, le requin qui ne soit pas vivant, j’entends par là ne pas acheter de « souvenirs » du type dents de requins, et surtout ne pas en consommer. Or j’ai découvert dans un article intitulé « Requiem pour les requins » (toujours dans ce même numéro du National Geographic) qu’on nous fait manger du requin à notre insu !!! Ainsi, le requin-taupe, parmi les espèces les plus menacées, est commercialisé en tranches sous le nom de « veau de mer ». Quant à la petite roussette, l’émissole ou l’aiguillat (espèce en danger d’extinction), ils sont vendus sous le nom de saumonette : j’ai moi-même fait le test récemment chez un poissonnier, qui a commencé par me dire en hésitant que la saumonette était une sorte de thon, et quand je lui ai demandé s’il ne s’agissait pas plutôt d’un requin, il a fini par approuver : « ah oui, en effet, ça a une forme de requin ».
Outre le boycott systématique du requin dans nos assiettes, il est également possible de soutenir des associations, de signer des pétitions :

  • Sur le site « savingsharks« , vous pouvez apporter votre soutien à cette cause et voir ce que vous pouvez faire concrètement pour contribuer à sauver les requins. A voir également, le site de « sharkwater« , un documentaire qui a été primé dans de nombreux festivals.
  • Sur le site de la fondation de l’île Coco, qui dépend du Costa Rica et qui possède une faune sous-marine extraordinaire, avec notamment de nombreuses espèces de requins. Le parc de l’île Coco est inscrit sur la liste des sites naturels de l’Unesco depuis 1997 : découvrez la vidéo sur la page d’accueil du site, les images sont superbes (encore une destination qui figure sur ma liste…)
  • Le site de l’ONG « Shark trust », qui se consacre à l’étude et à la protection des requins et raies.
  • Un site pour la sauvegarde des tortues marines, mais qui a également une rubrique sur les requins.

Et puis, la meilleure façon de contribuer à sauver les requins, c’est de plonger avec eux : plus le tourisme généré par les requins rapportera de l’argent aux pays dans lesquels vous irez, plus ces pays  seront sensibilisés à l’intérêt de les sauvegarder !

Share on Twitter Share on Facebook